Biographie

ÉLÉMENTS DE BIOGRAPHIE

 

1948

Naissance à Tunis, en Tunisie. 

 

1961

Sa famille s’installe à Nice.

 

1964

À 16 ans il est admis en "prépa" à l’Ecole Municipale d’Arts Plastiques de Nice. Il est vivement encouragé par 2 professeurs, les peintres Huguenin et Giresse. Il obtient le 1er Prix de dessin.

 

1965

Réussi le concours d’entrée à l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs de Nice. En plus de ses études, il peint une ou deux peinture par jour, dans un style influencé par le Cubisme et le Fauvisme. Certain de vouloir être artiste-peintre il passe le concours d’entrée aux Beaux-Arts de Paris et le réussi.

 

1966

Rentre aux Beaux-Arts de Paris. Comme beaucoup d’étudiant il travaille pour gagner sa vie. Découvre le Pop Art et le Nouveau réalisme dont il se sent de plus en plus proche.

 

1967

Le petit atelier du 36 rue Liancourt, dans le 14e arrondissement, que Marzuk partage en co-location avec le photographe Alain Sabatier, devient le lieu de retrouvailles de tout un groupe qui se forme peu à peu : les artistes de Nice : Zia Mirabdolbaghi, Daniel Bard, Guy et Raymond Valente. Dans les métiers de la photographie et du cinéma : Michel Thiriet, Bob Swaim, Cyrille Chardon-Micha, les poètes et écrivains Mathieu Bénézet, Dominique Tron, Claude Lalo...

 

1968

Il a 20 ans en mai 68 et participe aux manifestations. Madame Castelucho, propriétaire du célèbre magasin de fournitures de Beaux-Arts de la rue de la Grande Chaumière chez qui il achète son matériel d’artiste, l’embauche. Elle l’aidera généreusement. Il admire Monory, Rancillac, Crémonini... Commence la série des Châteaux-d’eau.

 

1969

Il peint des "tableaux-objets", fragments de vie, qui se présente comme une table, en plan horizontal. Les objets du quotidien sont recouvert uniformément de peinture monochrome gris-mauve. Désireux de systématiser ce travail il décide de recouvrir entièrement de peinture monochrome gris-mauve toute sa chambre-atelier de la rue Liancourt, sacrifiant à cette œuvre non seulement ses livres et objets personnels, mais aussi tout son matériel de peinture ainsi que les toiles qui sont aux murs. C’est ”Hiroshima-La Mort”, une immersion dans la mort, une réflexion sur la vie, et l’infime qui les sépare.

 

1970

Dernière peinture, ”Ral’bol”, un multiple de 3 grandes toiles, que le photographe Joachim Bonnemaison lui achète.

 

1971

Il quitte Paris et part vivre en Bretagne.

 

1973

Il devient animateur de travaux artistiques et manuels dans les organismes sociaux du Valenciennois. Il apprend la musique, le rythme, la percussion.

 

1976

Retourne en Bretagne, à Saint-Brieuc. Il fait la connaissance du poète Yvon Le Men et de plusieurs musiciens qu’il accompagne dans leurs spectacles.

 

1977

Il peint quelques huiles sur toiles (Ciels et Mers, série II) et quelques gouaches sur papiers (série Espace). Continu son travail de recherche ethnomusicologique. Il devient professeur de percussions et d’ouverture aux musiques du monde dans divers Centres culturels et Écoles de formation aux carrières sociales.

 

1979

Il revient s’installer à Nice.

 

1980

Troisième série ”Ciels et Mers” à l’huile sur toile.

 

1984

Il aménage dans l’atelier du Vieux-Nice. Peint le premier tableau de la série ”Polylobes”. Il poursuivra ce travail pendant 8 années, jusqu’en 1992.

 

1990

André Chouraqui vient voir ses tableaux dans son atelier de Nice.

 

1991

Première série des collages ”42 Louanges au Regard”. En septembre, première exposition des Polylobes au Centre Culturel Henri Matisse, à Vence. Marie-Laure Croiziers de Lacvivier découvre son travail et prend contact avec lui.

 

1992

Commence les peintures de la série ”Stèles”. Exécute les 18 dessins en triptyque de la suite ”Stances aux ciels”. Il commence également les pastels monochromes bleus de la suite ”Recueil de silences”, d’après l’œuvre de Georges de La Tour. En octobre, exposition à New York à la Nour Foundation Gallery.

 

1993

Au sommet des terrasses du ciel”, 22 peintures/dessins accompagnées de poèmes chinois anciens. Plus de 45 dessins et croquis d’oiseaux, études préparatoires autant pour les Stèles que pour Au sommet des terrasses du ciel. Début de la suite ”Portrait d’une Femme”, 20 dessins à la sanguine sur Ingres. Commence les premières toiles de cette même série. Il dessine plus de 70 fusains sur paperboard : ”Esprit de jardin”. Expose les Stances aux ciels, à la Galerie Krivy à Nice. La Direction des Musées de Nice expose les pastels Recueil de silences à la Galerie Renoir.

 

1994

Commence ”Mémoire des feuilles”, dessins à la mine graphite sur Ingres. A la demande d’un collectionneur, il exécute 7 dessins et 2 toiles sur les frères Lumière : ”Images des Lumière”. Un des dessins illustrera la couverture du livre "Les frères Lumière", de J. Rittaud-Hutinet, chez Flammarion. Marie-Laure Croiziers lui organise sa première exposition personnelle au restaurant-galerie Café-Jatte, à Paris. Le philosophe et critique d’art Michel Random l’intègre dans la sélection française pour l’Exposition internationale d’Art visionnaire, à Venise.

 

1995

Deuxième série des collages ”42 Louanges au Regard”. Finit Mémoire des feuilles. Deuxième exposition personnelle organisée par M-L. Croiziers chez Tecno, à Paris. Expose 2 Polylobes dans la Chapelle de la Sorbonne, pour l’exposition “Vie et œuvre d’Ostad Elahi”. A cette occasion, il illustre le livre “100 maximes de guidance” édité chez Laffond pour le centenaire de la naissance du grand penseur.

 

1996

Au début de l’année il reprend un travail commencé en 1969 : des dessins abstraits uniquement exécutés avec une flamme. En 2 ans il créera plus de mille dessins dont il ne gardera qu'une exigeante sélection : la suite ”Traces de lumière”, qui donnera naissance au livre d’artiste ”Ombres de lumière”, avec des fragments de poèmes d’Yvon Le Men. Il participe à une performance à Strasbourg : ”Hommage à Jean Tauler”. En juin ”Convergences”, spectacle composé d’une projection de ses œuvres, accompagné par l’ensemble vocal et instrumental “Tempora”, à l’Auditorium du Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain de Nice.

 

1997

Deux Polylobes sont sélectionnés pour participer à l’exposition organisée à Paris par l’UNESCO: ”Pour regarder le siècle en face”, en hommage à Aimé Césaire. Expose 5 Portrait d’une Femme au Salon Figuration Critique, sur le Toit de la Grande Arche, puis à l'Espace Eiffel-Branly à Paris. Travaille à ”Traces de lumière III”, dessins à la flamme accompagnées de poèmes d’Aimé Césaire. A l’automne, parution de ”Bleu silence”, un essai d’Olympia Alberti sur les pastels bleus de la série de dessins Recueil de silences.

 

1998

En avril, après 5 ans de travail, il finit la 36ème et dernière toile de la Suite Portrait d’une Femme. Sélectionné pour le Salon de Montrouge, il y expose 2 grandes toiles de Portrait d’une Femme. En juin, il participe à l’exposition de l’UNESCO, ”La force de regarder demain”, Hommage à Aimé Césaire, au Centre culturel de Fort-de-France en Martinique. Marie-Laure Croiziers de Lacvivier expose une sélection de 90 pièces de sa collection d’art contemporain à la Galerie “Peinture Fraiche”, à Paris : 2 dessins à la flamme y figurent. Réalise "Les poètes maudits", portraits de Rimbaud, Verlaine et Baudelaire ainsi qu'une projection des “flammes” sur des textes de ces poètes lus par des comédiens au Festival de poésie de Cannes-Mandelieu. Illustre de 5 dessins originaux le livre ”Croire vivre” d’Olympia Alberti aux Editions L'Amourier.

 

1999

Création du livre d’artiste ”Cœur ignition”, avec des fragments de poèmes d’Aimé Césaire. Peint les 9 premiers portraits de la suite ”L’Offrande Picturale” : Gustav Mahler, Claude Monet, Erik Satie, Henri Matisse, John Cage, Andrew Wyeth, Monique Giresse, Jacques Prévert, Edgar Varèse. Exposition personnelle à la Galerie Gildo-Pastor-Center à Monaco en octobre.

 

2000

L’Offrande Picturale : 6 nouveaux portraits : Buster Keaton, Brigitte Delage, Marguerite Pichery, Billie Holiday, Victor Hugo, Yvon Le Men.

 

2001

A la demande d’Yvon Le Men et du Centre Culturel d’Hennebont en Bretagne, il conçoit un nouveau livre d’artiste : ”Guillevic, L’homme-poète”. Quelques portraits supplémentaires s’ajoutent à L’Offrande Picturale : John Coltrane, Federico Fellini, Olympia Alberti, Marie-Laure Croiziers de Lacvivier. Expose au Salon d'Art contemporain 2001 et à la Galerie Artitude à Paris, ainsi qu’aux Rencontres internationales d’art contemporain de Chizé. Expose en Chine 2 dessins ”à la flamme” à la Shan Gallery, Shanghai.

 

2002

Le Polylobe "Les secrets" ouvre l’exposition "Dialogue entre les cultures", à l’UNESCO, Paris. Exposition personnelle de L’Offrande Picturale à la Galerie Artitude à Paris. En juillet il est accueillit pendant 15 jours sur le tournage du film de Claude Chabrol "La fleur du mal" pour préparer un portrait de lui. En septembre, il est en Martinique pour montrer à Aimé Césaire son livre d’artiste Cœur Ignition que le poète, enthousiaste, signera devant tous les médias de l’île en disant : “Marzuk m’a lu, il m’a compris. Il est allé à l’essentiel et le message est implicitement contenu dans ce livre. Il a été au centre de ma création.

 

2003

Deux portraits supplémentaires s’ajoutent à L’Offrande Picturale : Claude Chabrol et André Chouraqui. A la demande d’Olympia Alberti il commence le portrait de Colette. Il expose des dessins à la flamme aux Journée Internationale de la poésie, à la Maison de l’Italie à Paris. La Région Martinique fait l'acquisition d'un exemplaire de Cœur Ignition. Il termine son premier court métrage vidéo : ”Du pigment pur posé sur la lagune”.

 

2004

Fini le portrait de Colette qui sera publié en couverture du livre d’Olympia Alberti "Colette, la naissance de la liberté”, aux Editions Christian Pirot. Exposition personnelle de 42 peintures et dessins à la Maison de l’Amérique latine, à Monaco. La Ville de Fort-de-France fait à son tour l'acquisition d’un exemplaire du livre d’artiste Cœur Ignition. Nouveau court métrage vidéo : ”Mémorial des corps et des âmes” avec des poèmes d’Yvon Le Men dit par le poète. Depuis 2003, Marzuk se sert de sa passion pour la photographie et le cinéma, ainsi que des moyens numériques, pour créer des courts métrages vidéos associants plans de caméra, photographies, images de ses tableaux, musiques, textes littéraire et/ou poétique. Refusant toute image modifiée par des logiciels informatiques, il y poursuit, comme dans sa peinture, une œuvre artistique soutenue par une éthique, une même recherche fondamentale d’une simplicité de forme au service de subtiles émotions d’âme, c’est-à-dire d’émotions emplie d’un parfum d’Humanité. 

 

2005

Son portrait de Rimbaud sert d’affiche au film de Loïc Deltour : "Rimb". Trois nouveaux courts métrages vidéo : ”Il Giardino dei Tarocchi”, ”L’ombre portée”, ainsi que ”Je te parle à voix basse”, sur des textes de Christian Bobin.

 

2006

L’UNESCO, en la personne d’Anne Saurat, Commissaire d’exposition, lui demande de participer à une exposition-évènement internationale : EXPOSITION 547, exposition-action de lutte contre le sort fait aux enfants du monde dans le cadre des conflits armés, notamment contre les bombes à sous-munition. Il expose ses portraits de L’Offrande Picturale à la Maison de l'Architecture de Cannes. Nouveaux courts métrages vidéos : ”Fleurs de minuit”, ”Portrait-Promenade”, ainsi qu'un film sur sa mémoire d’enfant en Tunisie : ”Pénombre dedans, soleil dehors. Heures figées” accompagné de textes de Colette Fellous.

 

2007

Sortie de son livre-catalogue "Regard sur les 20 dernières années". Invité pour Lire en Fête à la Médiathèque Charles de Gaulle, à Tunis, il y expose ses livres d’artiste et ses livres illustrés et projette pour la première fois en public 4 de ses courts métrages vidéos accompagnés de textes littéraire ou poétique : Cœur ignition et Mémorial des corps et des âmes avec des poèmes d’Aimé Césaire et d’Yvon Le Men. Bleu silence et Pénombre dedans, soleil dehors. Heures figées avec des textes d’Olympia Alberti et Colette Fellous, dont il fait la connaissance à cette occasion à Tunis. En décembre, il organise à l’Ecole Supérieure de Commerce ESPÈME/EDHEC de Nice une exposition-évènement, une soirée-vernissage où il expose, sur le thème ”Portraits intérieurs”, 25 toiles et projette 3 courts métrages vidéos de la série Portrait-Promenade. À la demande de la Direction de la Culture de sa ville il présente un projet pour Nice Capitale Européenne de la Culture : ”Pavillon des rivages du ciel”. 

 

2008

Invité à Tunis pour une Master class aux Beaux-Arts et 2 conférences sur son travail artistique à l’Institut des Hautes Etudes. Sélectionné pour participer aux 6e Rencontres Internationales de la photographie, à Ghar-el-Melh en Tunisie. Expose son portrait de John Coltrane lors de l’exposition "30 œuvres sur et autour du Jazz", à La Seyne sur Mer. 

 

2009

Nouveau court métrage vidéo de la série Portrait-Promenade. Participe à "Base’Art" : Festival du Mécénat et de l’Art Contemporain à Fréjus où il expose, pour la première fois ”Les Grandes céramiques”. Deux expositions personnelles, dans l’agglomération Nice Côte d’Azur, simultanées et complémentaires, de quelques 80 œuvres : la première sur ses tableaux récents : ”Concerto pour deux cœurs” et ”Scénographies murales”, à Vence. La deuxième organisée par le Centre International d’Art Contemporain de Carros, montre un ensemble de son travail : peintures, dessins, livres d’artiste et courts métrages à la Médiathèque. À cette occasion, il publie un nouveau livre-catalogue "Concerto pour deux cœurs", aux Editions du Lazaret.

 

2010

Sortie du film de Jean-Claude Fraicher ”André Marzuk - Fragments de soi”. Commence les dessins de "La Suite Véronique". Sélectionné à "Base’Art" : Festival du Mécénat et de l’Art Contemporain à Fréjus où il expose Concerto pour deux cœurs. Expose les 5 triptyques photographiques de la série Du pigment pur posé sur la Lagune au Sept Off, Festival de la Photographie, à Nice. Participe avec une photographie à l'exposition Manif 'oto: "Débuts de chemin" à Tunis. La Médiathèque André Verdet de Carros fait l'acquisition d'un exemplaire de son livre d’artiste Ombres de lumière.

 

2011

Dans le cadre du Printemps des poètes il expose les 5 triptyques photographiques de la suite Du pigment pur posé sur la Lagune, à la Villa Aurélienne à Fréjus. Il crée ”Franchir la Porte du Respect”, une toile de 7 mètres de long pour l’exposition sur la Révolution Tunisienne dans le cadre du Septembre Off de la Photographie, à Nice. Dans ce même cadre, il expose de nouvelles photographies, la suite ”De vie intense”. Sortie du livre "Le Portrait dans l’art contemporain", aux Editions Patou, où 2 pages montrent ses portraits de Varèse, Chouraqui et Chabrol. La Médiathèque de Nice expose pendant 4 mois un ensemble de son travail lors de l’exposition ”En Filigrane”, peintures, dessins, céramiques, livres d'artiste et courts métrages. 

 

2012

Fini le 134ème dessin de "La Suite Véronique". Expose le portrait d’André Chouraqui à ”French Art Meeting” au Centre Culturel Ukrainien, à Paris. Crée un dessin ”Martyr”, et un diptyque photographique ”Guerre et Paix” pour l’exposition "Combats pour la paix" à Nice. Expose à Cap d’Ail ”Franchir la Porte du Respect” avec le groupe No-made. Pour le XIVe Sept Off, il expose ses photographies ”Les hommes épuisés” et une soirée-rencontre "Dans l'humanité", est organisée autour de ses films-vidéos ”New York/New York”, et Cœur ignition à la Médiathèque de Cap d’Ail.

 

2013

Sollicité par la Ville de Nice et les organisateurs du Festival de la Francophonie pour participer avec ses œuvres créées autour de l'œuvre d'Aimé Césaire, il est obligé de tout annuler pour cause médicale. Quitte l'atelier de la rue Pairolière dans le Vieux-Nice et installe un nouvel atelier à son domicile.

 

2014

Débute la suite d'huiles sur toiles ”Inner landscapes”. 

 

2015

Tout en continuant Inner landscapes, il conçoit les 7 toiles de ”Mémorial des corps et des âmes”. Exposition à Nîmes, Galerie Art-Reflexion. Tournée de 6 toiles dans plusieurs villes du Royaume-Uni.